Bannière en haut du site
L'actualité des professionnels en crèche

Comment appliquer la Communication Positive au quotidien avec les enfants ?

13 Apr 2023

Image de l'article Comment appliquer la Communication Positive au quotidien avec les enfants ?

Accompagnante et formatrice Petite Enfance, Alice Regnier aide les parents et les professionnels de crèches à retrouver sérénité, complicité et coopération avec les enfants. Vous trouverez le lien vers sa page Instagram en cliquant ici.

Contrairement à ce que certaines personnes pensent, la communication positive ne consiste pas simplement à dire "oui" à toutes les demandes des enfants. Il s’agit d’une approche de communication qui consiste à formuler nos phrases positivement pour faciliter l'écoute et la compréhension des enfants face à nos demandes, ce qui peut améliorer leur réceptivité.

C’est un outil très intéressant lorsque l'on souhaite installer une relation de coopération avec les enfants. La communication positive fait partie des outils qui ont vu le jour grâce aux recherches en neurosciences et en programmation neuro-linguistique. Il s’agit de prendre en compte les récentes découvertes sur le fonctionnement du cerveau, afin de faciliter la communication.

Ainsi, aujourd’hui, les professionnels de la petite enfance sont invités à mettre en place cette méthode afin de faciliter leur quotidien et d’être dans un accompagnement bienveillant de l’enfant.

Comment cela fonctionne ?

Si je vous dis, « Ne pensez pas à une voiture rouge ! », votre esprit va tout de suite faire apparaître l'image d'une voiture rouge, n'est-ce pas ?

Pourquoi ? Parce que notre inconscient ne comprend pas la négation. Notre cerveau retient en premier lieu l'idée principale d'une phrase, mais il a besoin d'un processus d'analyse pour la comprendre. Cependant, cela est impossible pour un enfant car la partie néocortex de son cerveau n'est pas encore suffisamment mature pour le faire.

De même, si je vous dis : « Arrêtez de penser à cette voiture rouge ! », votre esprit continue de boucler sur cette image, car il retient l'idée évoquée de manière persistante. Si je souhaite réellement que vous arrêtiez de penser à cette voiture, il est préférable que je vous demande de penser à autre chose, au dernier livre que vous avez lu par exemple.

Ce fonctionnement cérébral est autant valable chez l'adulte que chez l'enfant.

Ainsi, si je vous dis « N'oubliez pas d'aller chercher du pain », il y a des risques que vous l'oubliiez. En revanche, si je vous dis « N'oubliez pas d'acheter du pain », cela fonctionnera mieux. Vous pouvez tester cela avec les personnes autour de vous. Pour les enfants, c'est pareil : si on leur dit « Ne cours pas, ne crie pas, arrête de jeter tes jouets, arrête de grimper, de sauter, de pleurer, ne monte pas sur la table, ne ferme pas la porte, ne touche pas ce couteau », etc… C’est l'action principale que l'enfant va entendre et retenir, et il aura donc encore plus envie de faire toutes ces choses car, on lui fait davantage penser à tout cela.

Comment la mettre en pratique ?

La communication positive consiste à formuler nos phrases de manière constructive, en expliquant ce que l'on souhaite que l'enfant fasse, plutôt que de se focaliser sur ce que l'on ne veut pas qu'il fasse. La gymnastique va être alors de trouver une phrase positive pour chaque chose que l'on a l'habitude de demander par la négation.

  • Par exemple, « ne cours pas » devient « marche à côté de moi »
  • « Ne crie pas » devient « parle doucement »
  • « Ne jette pas les jouets » deviens « pose les jouets délicatement, laisse les jouets au sol »
  • « Ne ferme pas la porte » deviens « laisse la porte ouverte »
  • « Ne monte pas sur la chaise » deviens « descends de la chaise »
  • « Ne touche pas à ce couteau » deviens « laisse le couteau »
  • « N’enlève pas ton bonnet » deviens « garde ton bonnet sur la tête »

L'exercice va consister à noter toutes les phrases dites par la négation dans votre quotidien pour les transformer en des formulations positives. Si vous commencez par reformuler positivement juste après avoir dit la phrase négative, c’est déjà super ! Progressivement, vous réussirez à les dire directement positivement.

Il est normal que cet exercice puisse paraître compliqué car nous n'avons pas l'habitude. Nous vivons dans une société où la négation est couramment utilisée, (d'où le titre de la chanson « Fais pas ci, fais pas ça »), avec un fort enclin à dire ce qu'il ne faut pas faire et à pointer les choses mal faites, plutôt que l'inverse. C’est notamment le cas dans beaucoup de management actuellement, pourtant, cette méthode apporte de la frustration et diminue la confiance en soi.

Vous verrez que parler positivement augmente notre niveau d'enthousiasme et améliore la confiance en soi, puisque l'inconscient, au lieu de se confronter à des dizaines de stimuli négatifs, reçoit des stimuli positifs. C’est tout notre système de perception qui devient alors positif.

Vous comprenez donc qu'il ne s'agit pas d'enlever les règles et les limites, mais plutôt de poser un cadre en modifiant simplement la formulation pour qu'elle soit plus efficace, tout en étant valorisante et bienveillante.

Retrouvez d'autres articles concernant le développement de l'enfant :

La notion de partage chez l’enfant : le rôle du professionnel de crèche 

Evolution de l’enfant : A chacun son rythme 

Favoriser la construction identitaire chez les tout-petits

Time In & Out : Comment accompagner les émotions des enfants ? 

Vous êtes bloggeur(se) ou professionnel(le) petite enfance et vous souhaitez participer à la ligne éditoriale de Crèchemploi ? Contactez-nous

 

 

 

5799 vues totales, 4 aujourd'hui

Mots-clefs :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *