Bannière en haut du site
L'actualité des professionnels en crèche

Pénurie de professionnels petite enfance : des crèches contraintes de fermer leur structure

24 Jun 2024

Image de l'article Pénurie de professionnels petite enfance : des crèches contraintes de fermer leur structure

Le secteur de la petite enfance en France traverse une crise profonde, marquée par une pénurie de professionnels, avec près de 10 000 postes vacants. Cette situation conduit à la fermeture temporaire ou définitive de nombreuses crèches.

À Vénissieux (69), les crèches municipales Gribouille et Capucine ont fermé leurs portes début juin 2024, laissant 39 enfants sans solution d’accueil jusqu’en septembre. Cette fermeture est due à un manque de professionnels, avec près ¼ des postes non pourvus. "Il devient de plus en plus complexe de garder les crèches ouvertes," explique Gwenaëlle Flamant, directrice du service Éducation et Enfance. La ville désir renforcer « le personnel dans les autres structures ».

La situation est également tendue à La Courneuve (93), où la fermeture de la crèche familiale fermera ses portes le 31 août 2024. Cette décision est justifiée par des « problèmes de recrutement et des coûts jugés excessifs » par la municipalité. « Pour les 20 enfants accueillis en crèches familiale cela leur coute 475 000 euros. Pour une SCOP (Société coopérative et participative) de 45 enfants cela leur coute 220 000 euros ». Les comparaisons entre les crèches publiques et privées ont été dénoncées comme inacceptables par le syndicat CGT des Territoriaux de La Courneuve.

À Vendargues, la crèche Les Petits Magiciens, a annoncé sa fermeture définitive pour le 30 juin prochain. Cette décision laisse des enfants sans solution de garde. Les propositions de reclassement dans des crèches éloignées ou pour des durées d'accueil réduites n’apaisent pas les inquiétudes des parents.

Cette crise de la petite enfance est exacerbée avec « les pouvoirs publics qui privilégie la quantité de places plutôt que la qualité d’accueil ». Selon Sarah Tanzilli, cette approche conduit à un "cercle vicieux de la défaillance" : un manque de personnel incite à alléger les taux d'encadrement, mais le financement incite à garder plus d’enfants, dégradant ainsi les conditions de travail et poussant ainsi les professionnels à quitter le métier.  


Sources :

Expressions-venissieux.fr

CGT

Midi Libre

TF1 Info 

Ces articles pourraient également vous intéresser : 

Le recrutement en structure petite enfance ! Une vraie galère !

Le Domaine de la Petite Enfance : A la recherche des Passionnés de l’épanouissement infantile

 

 

 

5333 vues totales, 31 aujourd'hui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *